Renaut de Bar chevalier frère de Thibaut 2 comte de Bar pour Braux (hôpital)

<<</>>>

NuméroF10997

Genrecharte

Date (précise)02/1269

Authenticiténon suspecté

Languefrançais

Diocèse Langres



Auteur

Renaut de Bar chevalier frère de Thibaut 2 comte de Bar

Bénéficiaire

Braux (hôpital)

Regeste

Fondation sur ses terres d’Ancerville par Renaut de Bar, chevalier, frère de Thibaut [II], comte de Bar, pour le repos de son âme et de celles de ses aïeux, de la Maison-Dieu de Braux, avec la dotation suivante: 1º A Ancerville, ses trois vignes, ses fours banaux avec leur approvisionnement en bois, trois charruées de terre autour de la maladrerie, six fauchées de pré — avec possibilité d’en acquérir vingt autres amorties — un bois situé entre Ancerville et la Marne, et la chapelle du manoir que les prêtres de la Maison-Dieu devront desservir. 2º A Aulnois-en-Perthois, une grange, la terre arable qui l’entoure, avec possibilité d’acquérir deux charruées supplémentaires de cent vingt journaux chacune, une fauchée de pré à Lavincourt, avec possibilité d’en acquérir vingt autres amorties, les fours banaux avec leur approvisionnement en bois, les terrages, grevés toutefois d’une redevance de vingt-cinq mines de blé au profit du chapitre Saint-Étienne de Toul, dix arpents de bois au Gros-Chêne pour l’affouage de la grange; les frères pourront, dans les bois d’Ancerville et d’Aulnois, adjoindre leurs forestiers à ceux du comte et partager avec lui les profits de justice. Ils reçoivent à Braux et à Aulnois le droit de pâturage pour mille brebis, quarante vaches, dix chevaux, quarante porcs et les bœufs de labour dans les bois de plus de cinq ans, la glandée pour vingt porcs, l’usage franc et en priorité des moulins et des pressoirs du seigneur. Renaut leur attribue un homme pour les servir, à l’exclusion de tout droit sur la descendance de ce dernier, met en sa garde ou en celle de Thibaut [II], comte de Bar, la Maison-Dieu, où il se réserve la nomination du maître et l’agrément des frères.

Texte

En nom dou Peire et dou Fil et dou Saint Esperit, amen. Je, Renauz de Bar, chevaliers, freires a Thyebaut, conte de Bar, faz cognuissant a touz ceus qui ces letres verront ou oirront que je ai fondee et edifiee, en l-onor de Deu omnipotent et de sa gloriouse meire et de touz sains et de toutes saintes, la Maison Deu de Brauz, qui siet en ma terre, dedanz le finaige d-Anserville, ma ville, qui est de la dyocese de Chaalons, por la remission de mes pechiez et la sauvetei de m-arme et por la remission des pechiez a mes ancessors et la sauvetei de lor armes. Et j-ai donei por la sostenance des pouvres trespassans hostelez laanz et des pouvres gisans laanz malaides toutes mes vignes d-Anserville, des quels vignes li une siet des la Val Bernart jusque a Macherommeis et une autre vigne qui fu Guillaume le Texerant, qui siet en la Perriere, et une autre vigne qui siet au chiés de la Perriere, en Fraitiz Marguerite. Et j-ai donei a touz jors mes furs d-Anserville qui sont bannal, ne autre fur ne poent estre fait a Anserville ne en finaige d-Anserville qui ne soient a la dite Maison Deu de Brauz, et doivent panre busche li freire de celle dite maison por affouer les diz furs en bapteiz d-Anserville. Et ai donei a celle dite maison trois charruaiges de terre araible qui sieent en la fin d-Anserville, des quels je ai acquestei les dous, et li tiers est de mon demainne; se sieent li dui charruaige que je ai acquestei davant et entor celle dite Maison Deu de Brauz, entre Chamoillei et la Crote, et li tiers qui est de mon demoinne siet entre Betaincort et Chancenay et Anserville, dedanz le finaige d-Anserville; et ont pris a grei li freire de celle dite Maison Deu de Brauz ces diz trois charruaiges ensi com il lor furent livrei au jor que ces letres furent faites. Et tout ce de preiz que je avoie en finaige d-Anserville, ce est a savoir jusque a six fauchies qui sieent entre la riviere de Marne et les vignes d-Anserville et entre la davant dite Maison Deu de Brauz et la Crote, et vuel et otroi que li freire de la dite Maison Deu de Brauz puissent acquester avec ces dites six fauchies de preiz jusque a vint fauchies de preiz qui ne me devroient point de rante. Et j-ai donei tout mon bois que on dit Forest, qui siet entre Anserville et la riviere de Marne, et qui est joins au bois de Saint Disier. Et ai donei a la davant-dite Maison Deu ma chapele qui est dedanz mon manoir d-Anserville, et la doivent li freire preste de la dite Maison Deu deservir et chanter par trois jors en la semainne, et quant sires ou dame de la ville sera au lou, il i-doivent chanter chascun jor. Et ai donei a la dite Maison Deu de Brauz, a Aunoy, ma ville, une grange et ce de terre araible que je avoie en finaige de celle ville d-Aunoy au jor que ces letres furent faites; et vuel et otroi que li freire de celle dite Maison Deu puissent tant acquester en finaige de celle dite ville de terre araible que il i-aient dous charruaiges de terre, chascun charruaige de six vinz jornels de terre. Et j-ai donei une fauchie de prei qui siet en finaige de Levynecort sus la riviere de Sauz, delez le mostier de Syainne; et vuel et otroi que li freire de la dite Maison Deu puissent acquester en finaige d-Aunoy avec celui prei jusque a vint fauchies de preiz qui rente ne me devroient. Et ai donei a la davant-dite Maison Deu touz les furs et les terraiges de celle dite ville d-Aunoy, et doivent panre busche li freire de la dite Maison Deu de Brauz por affouer les furs d-Aunoy en bapteiz d-Aunoy, ne autre fur ne poent estre fait a Aunoy ne ou finaige d-Aunoy qui ne soient a la dite Maison Deu de Brauz; et de ces furs et de ces terraiges d-Aunoy davant-diz doivent li freire de la Maison Deu de Brauz rendre chascun an au chapitre de Saint Esteinne de Toul vint et cinc meues de bles au mui de Bar le Duc, la moitié waim et l-autre moitié aveinne, les quels vint et cinc meues de bles li cuens Thyebauz de Bar, mes aious, lor dona en aumosne. Et ai donei a la dite Maison Deu de Brauz dix arpans de bois en finaige d-Aunoy por l-affouaige de la davant-dite grange d-Aunoy, li quels bois siet davant celle dite grange en mon bois que on dit le Bois dou Chasne. Et en ces bois que donei lor ai a Anserville et a Aunoy poent il metre lor forestiers avec les miens, en chascun de ces lous un forestier, et doivent panre la moitié des emmendes des forfaiz qui seroient fait en lor bois desus diz, et je ou mi heir l-autre moitié. Et vuel et otroi que la Maisons Deu de Brauz et tuit li membre de celle dite maison aient lors pasturaiges por lor bestes grosses et menues par toute ma terre, saus les tailleiz des bois qui n-aient passé cinc ans, en teil meniere que la Maisons Deu de Brauz i-avra pasturaige jusques a mil berbis et jusques a quarante vaches, et por touz les bués qui laboreront les terres araibles, et por dix chevaus pasturaubles, et por karante pors pasturaubles; et quant il avra paisson en mes bois, il i-poent envoier vint de lor pors por engraissier tant com la paissons durra; et la grange davant-dite d-Aunoy avra pasturaige par toute ma terre por autretant de bestes com la dite Maisons Deu de Brauz. Et vuel et otroi que la dite Maisons Deu de Brauz ait son mugnaige a touz jors mais franc en mon molin d-Anserville, et en autre molin se je l-avoie ou mi successor, aprés ce que li bles seroit moluz que li freire de la dite maison ou lor comandemenz troveroient en la tremue; et poent avoir li freire de celle dite Maison Deu de Brauz touz jors mais pressor franc en lor dite Maison Deu de Brauz por pressorer les vins de lor creuz. Et ai donei a la dite Maison Deu de Brauz, a Anserville et a Aunoy, a chascune de ces villes un home cengle soufisant por panre garde as besoingnes de la dite Maison; et ces homes cengles doi je et mi heir tenir en piez touz jors mais a la dite Maison; et seront cil home franc envers moi et envers mes heirs et mes successors de toutes choses tant com il seront ou servise de la dite Maison, mais aprés la mort de ces homes que on avroit assenei a la dite Maison Deu por servir, li freire de la dite Maison ne poent riens demander ne reclamer en anfans ne en femes qui en-demorroient. Et toutes ces choses desus dites ai je donees perpetuelment a touz jors mais et franchement de toutes choses a la davant dite Maison Deu de Brauz por moi et por mes heirs et por mes successors, sainz nul rapel. Et celle Maison Deu de Brauz davant nommee retien je en ma garde et en la garde de mes heirs qui seroient signor d-Anserville; et devons metre et oster, je et mi heir, toutes les foiees que bon nos sembleroit por le profit de la Maison Deu de Brauz, maitre, ne ne poent li maitres ne li freire de la dite Maison Deu de Brauz recevoir ne aprovender persone en la dite Maison Deu se par moi non ou par mes heirs, signors d-Anserville, se ce n-estoit por necessité et por defaute de persones en la dite Maison Deu de Brauz, por deservir au lou et as offices de la Maison. Et toutes ces choses desus nommees ai je donei en entantiom de ce que li fruit et les issues en soient despandu en l-ospitaletei et en la charitei de la dite Maison Deu, sainz faire de ces choses nus aquez arrés ces qui sont davant nommei, ne ne vuel que il en puissent faire nus autres aquez, mais metre purement les fruiz et les issues en l-ospitaletei et en la charitei de la dite Maison Deu de Brauz. Et vuel et otroi, se je n-avoie heir de mon cors, que la davant-dite Maisons Deu de Brauz soit en la garde le conte de Bar, quicumques en soit cuens, sainz metre fors de sa main. En tesmoingnaige de la quel chose, je ai requis a mon signor et mon chier freire Thyebaut, conte de Bar, de cui fiés ces choses desus dites muevent, que-il meist son seel en ces presantes letres avec le mien. Et je, li diz Thiebauz, cuens de Bar, qui lou et creant toutes ces choses desus dites come sires de cui fiés toutes ces choses muevent, ai mis mon seel en ces presantes letres, a la requeste dou davant-dit Renaut, mon freire, en tesmoignaige de veritei. Ce fu fait et donei en l-an de l-Incarnation Nostre Signor quant li miliaires courroit par mil dou-cenz et sexante wit ans, ou mois de fevrier.

Bibliographie

GIGOT (Jean-Gabriel), Chartes en langue françaises antérieures à 1271 conservées dans le département de la Haute-Marne, Paris, 1974, n° 237, p. 284-290

Responsable

Benoit Tock

Source de l'édition

Choignes, AD Haute-Marne, 57 H 1 (fonds de l'hôpital de Braux) (original)

Comment citer cette notice

Acte n°211634 dans Chartae Galliae. Edition électronique: Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2014. (Telma). [En ligne]http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte211634/. Date de mise à jour : 16/09/11. Première version : 10 juin 2010.