Jacques de Saint-Quiriace garde du scel de la prevôté de Provins, Gautier de Durtain et Pierre Heimes bourgeois de Provins, maître Jean de Chautfour pour Provins (commanderie du Temple)

<<</>>>

NuméroF05100

Genrecharte

Date (précise)26/06/1300

Authenticiténon suspecté

Languefrançais

Diocèse Sens



Auteur

Jacques de Saint-Quiriace garde du scel de la prevôté de Provins, Gautier de Durtain et Pierre Heimes bourgeois de Provins, maître Jean de Chautfour

Bénéficiaire

Provins (commanderie du Temple), Provins (prieuré Saint-Ayoul)

Regeste

Les Templiers de Provins et le prieur de Saint-Ayoul concluent un accord au sujet du droit de minage dans la Vicomté ou le franc aleu de la chaussée Sainte-Croix de Provins.

Texte

A tous ceulx qui ces presentes letres verront, Jacques de Saint-Quiriace, garde du seel de la prevosté de Provins, Gauthiers de Durtain, Pierres Heimes, bourgeois de Provins, et maistre Jehans de Chautfour, salut. Comme descors feust meuz entre religieuses personnes l’abbé et le couvent de Monstier la Celle lez Troyes et le prieur de Sainct Ayoul de Provins pour raison de ladite prioré, d’une part, et le commandeur et les freres des maisons de la chevalerye du Temple de Provins, d’autre part, sur ce, c’est asscavoir : que les devant diz abbez, couvenz et prieurs disoient et affermoient que à eulx appartenoit et doibt appartenir, pour raison de ladite prioré, le mynages de tous les blez et de toutes autres choses qui desirent mesure à blef qui sont vendues en la vicomté et ou franc aleuf de la chauciée Saincte Croix de Provins, par quelque main qu’elles soyent vendues et en quelconques lieu qu’elles soyent creues. Et disoient et affermoient encor li devant dit abbez et couvenz et prieurs que à aux appartenoit et doibt appartenir à bailler les mesures à blef, et de faire mesurer les blez et toutes autres choses qui desirent mesure, ès lieux devant diz, quand elles sont vendues, et à avoir le minage des choses dessusdites. Les devant diz commandeur et freres disans et affermans le contraire, c’est asscavoir : ladite vicomté et ledit franc aleuf assis en ladite chauciée Saincte Croix de Provins estre francs et quittes de tout minage et de toutes autres servitudes ; et que aux devant diz abbé, couvent et prieur n’appartient et ne doit appartenir à mectre ne à faire mectre ès lieux dessusdiz mesure, ne faire mesurer bledz ne autres choses qui desirent mesure. Et fu descors entre lesdites partyes sur les mettes et sur les bornes de ladite vicomté et dudit franc aleuf ; Desquelz descordz dessusdiz et de toutes autres choses que lesquelles choses pouvoient, pourroient et puent toucher lesdites partyes, par le conseil de bonnes gens et pour bien de paix, se mirent de leurs bonnes voulentez appenseement et pourveablement par amyable composition en nos personnes premierement nommées, de haut et de bas, en arbitrage, à peine de cent marcs d’argent, si comme il appert plus plainement par letres scellées des seaulx des devant diz abbé, couvent et prieur et de frere Raoul, commandeur et procureur des mesons de la chevalerie du Temple de Brye. Et nous, arbitres dessusdiz, aiens prins et receu sus nous le fes des descors dessusdiz,... consideré et regardé toutes les choses qui, de droit et de raison, nous pouvoient et debvoient mouvoir, les procureurs desdites partyes presens par devant nous pour oyr nostre dit ou sentence arbitraire, demandeurs et requerans à avoir icelle, deliberation eue sur ce, par le conseil de bonnes gens ; Sachent tuit que de nostre commung assentement, nous disons et avons dit et pronuncié nostre dit et nostre sentence arbitraire en la maniere et en la forme qui s’ensuyt, c’est asscavoir : premierement, que tous les demourans en la vicomté et ou franc aleuf de la chauciée Saincte Croix de Provins, et dedans les mettes et les bornes d’içaulx, sont et seront francs et quittes à tousjourmès dou mynage dou blef et des autres choses que ilz vendront esdiz lieux, qui croistront en leurs propres heritages tant seulement. Et toutes les foys que ilz vendront lesdites choses, ne autres choses qui doibvent et desirent mesure, ils iront requerir au mynager de Saint Ayoul de Provins que il leur viengne mesurer. Et lidiz mynagier sera tenu à venir mesurer tantost, sans delay, fors ou temps et jour de marché que il eut trop à faire, entre l’heure de tierce et de midy, ou se il n’est empeschiez d’aucune chose mesurer que il eust commencier à mesurer. Et après icelluy empeschement, il sera tenuz à venir tantost mesurer, et s’il n’y venoit, li demourans ès lieux dessusdiz pourront mesurer à leur mesure ce que il auront vendu sans mesfaire, se ils veullent à la mesure qu’ils auront pour recevoir leur blez de leur terres et de leur rente, en payant mynage de ce qui ne sera creu en leur terres. Et seront creuz par leur foys de ce que il diront qui sera creu en leur terres et en leur heritages, se le mynagier ne viaut prouver le contraire ; laquelle chose se il offre à prouver, il convenra que il la face dedans les huicternes de la vente qui aura esté faicte desdites choses qui desirent et doibvent mesure, ou se ce non, il n’en sera plus oyz d’ileuc en avant. Et disons et avons encores dit et pronuncié que les mettes et les bornes de la vicomté et doudit franc aleuf sont et seront telles, c’est asscavoir : premierement, li franc aleuf commençant droit au dehors du poncel par devers le Temple, si comme l’en entre en la maison qui fut feu Robert Chevalier, qui oir à droit est Estienne dit Tenuot, et s’estant droitement, si comme lesdites mesons se comportent, jusques au chief derriere, et desdites mesons jusques au derriere des mesons de la foullerye de Saint Ayoul, et d’ileuc jusques au poncel Saincte Croix, et doudit poncel à revenir tout contremons jusques à l’entrée de ladite meson qui fut audit feu Robert Chevalier, si comme li rens de mesons assizes sur le russel se comportent. Item, les mettes et les bornes de ladite viconté sont et seront telles, c’est asscavoir : premierement, si comme li dehors dou poncel par devers le Temple, de l’entrée de la meson feu Yver jusques au derriere de la grant meson, et dou derriere de ladite meson droit au pont de l’entrée du ru Rambert, et doudit poncel, si comme li ru court par derriere la meson qui fut feu monsieur Accorre de Florence, jadix chevalier, jusques au poncel devant la volte aux Barboz, et doudit poncel, si comme le runt des mesons assizes par devers le Temple se comportent, jusques au ruissel qui court par dessoubz la meson Robert le Chantre, et d’icelle meson Robert le Chantre, si comme le ruisseaux court, jusques au poncel de la foulerye Sainct Ayoul. Et disons encores et avons dit et pronuncié par nostre dit et sentence arbitraire, et enjoingnons et avons enjoinct auxdites partyes, sus la peine contenue audit compromis, que il nostre dit ou sentence arbitraire teingnent et gardent et aient ferme et agreable à tousjoursmès en la forme et en la maniere que il est devant devisié et pronuncié sans jamais rappeller pour quelconques cause ou reson que ce soit. En tesmoing de laquelle chose, je, Jacques de Saint Quiriace devant nommé, ai scellé ces presentes letres dou seel et dou contre seel de la prevosté de Provins. Et nous Gautiers de Durtain, Pierres Heimes et maistres Jehans de Chautfour devant diz, avons mis nos propres sceaulx en ces presentes letres aveuc le seel de ladite prevosté de Provins. Ce fut fait en l’an de grace mil et trois cens, le dimanche après la feste de la nativité Sainct Jehan Baptiste.

Bibliographie

CARRIERE (Victor), Histoire et cartulaire des templiers de Provins, Paris, 1919, n°CLIX

Responsable

Benoit Tock

Source de l'édition

Paris, Arch. Nat., S 5162B (cartulaire)

Comment citer cette notice

Acte n°205737 dans Chartae Galliae. Edition électronique: Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2014. (Telma). [En ligne]http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/charte205737/. Date de mise à jour : 16/09/11. Première version : 10 juin 2010.