> Extrait

Callimaque, Hymne à Artémis, 170-182 Pfeiffer.

<< < / > >>

Date du texte cité

IIIe siècle av. J.-C.

Texte (version originale)

ἡνίκα δ´ αἱ νύμφαι σε χορῷ ἔνι κυκλώσονται

ἀγχόθι πηγάων Αἰγυπτίου Ἰνωποῖο

ἢ Πιτάνῃ (καὶ γὰρ Πιτάνη σέθεν) ἢ ἐνὶ Λίμναις,

ἢ ἵνα, δαῖμον, Ἀλὰς Ἀραφηνίδας οἰκήσουσα

ἦλθες ἀπὸ Σκυθίης, ἀπὸ δ´ εἴπαο τέθμια Ταύρων,

μὴ νειὸν τημοῦτος ἐμαὶ βόες εἵνεκα μισθοῦ

τετράγυον τέμνοιεν ὑπ´ ἀλλοτρίῳ ἀροτῆρι·

ἦ γάρ κεν γυιαί τε καὶ αὐχένα κεκμηυῖαι

κόπρον ἔπι προγένοιντο, καὶ εἰ Στυμφαιίδες εἶεν

εἰναετιζόμεναι κεραελκέες, αἳ μέγ´ ἄρισται

τέμνειν ὦλκα βαθεῖαν· ἐπεὶ θεὸς οὔποτ´ ἐκεῖνον

ἦλθε παρ´ Ἠέλιος καλὸν χορόν, ἀλλὰ θεῆται

δίφρον ἐπιστήσας, τὰ δὲ φάεα μηκύνονται.

Traduction

Mais quand les Nymphes formeront autour de toi leurs chœurs de danse, près des sources de l'Inopos égyptien, près de Pitané (car Pitané aussi t'est consacrée), à Limnes, ou à Halae Araphénides où tu vins habiter, déesse, en quittant la Scythie - et tu rejetas les coutumes des Taures -, puissent mes bœufs ne pas être, à ce moment-là, engagés dans un travail mercenaire pour défricher jachère de quatre gyai sous la conduite d'un autre laboureur ! Ils reviendraient à l'étable en boîtant et avec le cou usé, fussent-ils de la race de ces taureaux de Stymphée, bœufs de neuf ans, aux cornes robustes, les meilleurs qui soient pour creuser un profond sillon. Car jamais le dieu Hélios ne dépasse ce beau chœur sans arrêter son char pour le contempler : et les jours se prolongent.

Source de la traduction

Traduction La Porte du Theil, modifiée

Paraphrase/Commentaire sur le texte

Le chœur des Nymphes est si beau qu'Hélios prolonge le jour quand il passe à côté de lui. Le poète en profite pour faire un catalogue de lieux consacrés à Artémis.

L'Inopos, fleuve de Délos, était censé avoir une correspondance souterraine avec le Nil.

Pitané est un quartier de Sparte, abritant un sanctuaire d'Artémis.

Limnes est une ville située à la frontière entre la Laconie et la Messénie.

Halae Araphénides est un dème de la côte attique.

Les Taures (habitant la Tauride, région montagneuse du Sud-Ouest de la Crimée) pratiquaient les sacrifices humains dans leur culte d'Artémis.

Stymphée est un village d'Épire, région réputée pour son bétail.

La durée prolongée des jours et les conséquences de cet allongement sur le travail agricole rappellent plusieurs passages odysséens (cf. Odyssée 10, 84-86 ; 18, 366-375 ; cf. D'Alessio 2007, p. 117).

Rédacteur du commentaire

N. Le Meur

Indexation

Personnages(s):

Artémis; Nymphes; Hélios

Ethnique(s):

Taures

Mot(s)-clé(s) :

chœur; char; boeufs

Comment citer cette notice

Texte n°252369 dans CALLYTHEA [En ligne]; http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait252369/. Première version : 29/08/12. Date de mise à jour : 07/11/12

Mentions légales | Colophon | Contacts | Haut de page